Comment reconnaître un bon panneau solaire ?

Comment reconnaître un bon panneau solaire ?

4 septembre 2022 0 Par Aline

C’est une question légitime qui est régulièrement posée et que j’aimerais aborder de manière un peu plus détaillée dans l’article suivant. Il ne s’agit toutefois pas seulement de choses que l’on peut reconnaître au premier coup d’œil, mais aussi de toutes sortes de conseils en rapport avec le choix du panneau solaire approprié.

Evaluer la densité de puissance

Un critère important pour évaluer un module est la densité de puissance en Wp/m². Celle-ci ne figure souvent pas sur la fiche technique, mais peut être calculée facilement en divisant la puissance en Wp par la surface du module. On trouve également cette valeur dans la base de données des modules du forum photovoltaïque. Pour les modules cristallins, on obtient entre 130Wp/m² et 145Wp/m². Les modules hauts performance de kit panneau solaire atteignent 190Wp/m².

L’influence de la forme de la construction du module

Un autre critère peut être par exemple la forme de construction du module. Les formes de construction suivantes se sont par exemple imposées comme standard :

  • Modules avec 72 cellules de 5″ (pouces) de longueur de bord (dimensions d’environ 0,8 x 1,6m) par ex. Schott Poly 175 ou Suntech STP 180
  • Modules avec 60 cellules de 6″ de longueur de bord (dimensions env. 1 x 1,68 m) par ex. ScheutenMultisol P6-60 ou Trina TSM 230p
  • Modules avec 48 cellules de 6″ de longueur de bord (dimensions env. 1 x 1,31 m) par ex. Yingli YL 185p, Kyocera KD185
  • Module solaire polycristallin de Schott Solar.

La forme de construction n’est bien sûr pas un critère de qualité mais parfois, une certaine forme de construction s’adapte tout simplement mieux au toit ou permet une meilleure conception de l’onduleur qu’une autre, de sorte que l’on peut déjà faire une certaine présélection. Un autre critère pourrait être de savoir si le type de module choisi n’est proposé que par un seul fabricant dans cette forme de construction ou s’il existe d’autres fabricants qui fournissent des modules comparables. Si, en l’espace de 30 ans, on perd le fabricant et qu’un module est défectueux, il peut être utile de pouvoir se rabattre sur une alternative. Des modèles comme 96 cellules de 5 pouces, 54 cellules de 6 pouces ou 72 cellules de 6 pouces sont certes parfois utilisés, mais ils sont loin d’être aussi répandus que les modèles mentionnés ci-dessus. Pour les modules à couches minces, presque chaque fabricant a sa propre forme de construction. Certains fabricants de modules font certifier leurs modules pour une utilisation sur des hangars agricoles. On y vérifie si les modules supportent bien les gaz contenant de l’ammoniac.

D’autres facteurs importants à considérer

Comme les films EVA utilisés pour l’enrobage des cellules et le film arrière en Tedlar utilisé, ne sont généralement pas communiqués au client final. En ce qui concerne le traitement correct, on est également tributaire de la fiabilité du fabricant. Chez de nombreux fabricants, le processus de fabrication est contrôlé par des « inspections d’usine » régulières effectuées par des instituts indépendants (p. ex. TÜV). La preuve de ces contrôles peut contribuer à la crédibilité du fabricant.

Enfin, il convient de mentionner que des facteurs visuels peuvent bien sûr aussi faire pencher la balance en faveur de l’un ou l’autre module. Ainsi, il existe de nombreux fabricants qui proposent des cadres noirs en plus des modules standards avec un cadre en aluminium gris. En combinaison avec une texturation foncée des cellules, un film noir au dos peut également avoir un effet visuel intéressant et donner ainsi une couleur uniforme à l’ensemble du module. On peut ainsi éviter la forme de carreau typique des cellules monocristallines avec des carreaux blancs. Si l’on ne souhaite pas absolument une autre couleur que le bleu foncé à noir, cet avantage optique ne s’accompagne même pas d’un désavantage en termes de rendement.